CONSEILS PRATIQUES CONTRE PETITES DOULEURS

5 septembre 2011

Certes, les antalgiques de palier I, dits mineurs (aspirine, paracétamol, ibuprofène), sont efficaces pour soulager nombre de douleurs habituelles, comme le mal de tête, les courbatures, les douleurs dentaires ou les règles douloureuses. Cependant, le suivi de certaines règles hygiéno-diététiques peut également se révéler très utile. Quelques conseils pratiques à mettre en oeuvre, si possible avant le recours à un médicament.
Règles douloureuses
Maux de tête
Courbatures
Douleurs dentaires
Règles douloureuses

Plus de 70% des femmes présentent des douleurs lors des règles, ou dysménorrhées. Dans certains cas, plusieurs symptômes très différents se manifestent en même temps, c’est ce que l’on nomme le syndrome prémenstruel : œdème, jambes lourdes, gonflement abdominal, tension des seins, mal de tête, insomnie, troubles de l’humeur, etc. Certaines règles d’hygiène de vie permettent d’éviter nombre de ces désagréments mensuels, voire d’en réduire l’intensité : manger équilibré, exercer une activité physique, éviter le stress, ne pas trop saler les aliments afin d’atténuer les œdèmes et privilégier les fibres pour lutter contre la constipation.

Maux de tête

Les origines d’un mal de tête sont multiples, allant de la grippe ou d’une autre infection, en passant par une fatigue visuelle ou des problèmes dentaires. Nombre de facteurs sont connus pour favoriser son apparition : stress, tension nerveuse, alcool, tabac, manque de sommeil… Le suivi de quelques conseils supplémentaires d’hygiène de vie peut en limiter l’apparition : éviter les locaux mal aérés, bruyants ou enfumés, dormir dans une chambre peu chauffée (entre 18-19°C), respecter les heures de sommeil réclamées par votre organisme, prendre les repas à heure régulière, ne pas sauter de repas, et enfin, consulter régulièrement, soit une fois par an, un dentiste et un ophtalmologue.

Courbatures

En dehors d’un contexte sportif, nombre d’entre nous souffre de courbatures, par exemple après avoir soulevé de lourdes charges ou lors d’un syndrome viral. Avant un exercice, il est conseillé de s’échauffer, puis de doser l’effort et de l’augmenter très progressivement. Ne pas forcer, ne pas s’arrêter brusquement. Mais aussi, boire suffisamment, avant, pendant et après l’exercice, manger équilibré et préférer les aliments contenant des sucres lents (féculents, céréales, fruits) avant l’effort. Après l’effort, pratiquer des étirements, un massage ou plonger dans un bain chaud afin de détendre les muscles.

Douleurs dentaires

Seul le dentiste diagnostiquera la cause : carie, poussées dentaires, inflammation des gencives, traitement d’orthodontie. Cependant, nombre de douleurs peuvent être évitées grâce à une bonne hygiène dentaire. Celle-ci passe notamment par un brossage minutieux après chaque repas, par une alimentation équilibrée en évitant les grignotages et les aliments acides comme les sodas et les jus de fruits, surtout avant le coucher.

Mal de dos : halte aux idées reçues

20 août 2011

Faut-il dormir sur un matelas dur pour éviter le mal de dos ? La musculation est-elle dangereuse ? Peut-on se déplacer une vertèbre ? Nous faisons toute la lumière sur dix idées reçues sur le mal de dos.
Faux
Cette légende qui veut qu’un matelas dur est meilleur pour le dos n’est pas fondée. En effet, certaines personnes dorment sur le côté, en position du fœtus ou encore sur le ventre. Dans ces positions, le dos n’est donc pas systématiquement à plat. Le choix du matelas est cependant crucial : il ne doit être ni trop mou, ni trop dur. Choisissez un matelas ferme qui ne vous laissera pas vous y enfoncer trop mais, qui vous permettra tout de même de vous détendre suffisamment.
Le problème du matelas dur c’est que ses points de pression sont au niveau de vos épaules et de vos hanches. Du coup, vous dormez comme sur une poutre et donc dans une position désagréable et tendue, avec douleurs au réveil. Les épaules, le bassin mais aussi toute votre colonne vertébrale doivent s’enfoncer légèrement dans le matelas lorsque vous êtes sur le dos.
Ce qu’il faut faire
Si un lit vous paraît trop dur ou trop mou, changez-en ! Le choix du matelas est crucial pour le sommeil et donc pour la bonne santé et l’humeur au quotidien. Dormir dans un lit qui ne vous convient pas entraîne une mauvaise qualité de sommeil et des éveils nocturnes néfastes. Conséquence directe : vous accumulez les pertes de sommeil, ce qui affaiblit votre organisme. Il faut environ 10 à 15 nuits pour évaluer correctement le confort d’un lit, ne vous fiez donc pas aux deux premières ! Un temps d’adaptation est indispensable.
Cependant, lorsque vous choisissez un lit en magasin, n’hésitez pas à vous y allonger quelques instants. Constatez après quelques minutes comment votre corps réagit et en particulier s’il a tendance à s’enfoncer (ou pas) sur certaines zones (épaules, colonne…).
Faux
Vous pensez qu’il est préférable de tirer un objet sur roulette avec une corde, par exemple, que de le pousser ? Que nenni ! Oubliez ces méthodes efficaces en matière de déplacement mais très néfastes pour votre dos. Lorsque vous tirez un objet, la tension au niveau de votre dos est concentrée.
Alors que la poussée entraîne au contraire une répartition des forces sur les bras, le dos et les jambes. Elle paraît ainsi moins difficile même si la visibilité peut être moins bonne qu’en tirant. Pas question non plus de prendre une corde plus longue pour moins forcer : c’est l’inverse ! Plus le corps est loin du poids que l’on tire et plus le dos est sollicité.
Ce qu’il faut faire
Lorsqu’on tire, on se penche généralement trop, parfois même en courbant sa colonne, contrairement à la poussée qui peut avoir lieu en maintenant un dos bien droit. A chaque fois que cela est possible, pensez à équiper les objets à déplacer de roulettes (adaptées au poids de l’objet) pour faciliter la manœuvre. Il existe aujourd’hui de nombreux outils pour aider aux déménagements, notamment des diables pratiques (à pousser), qui évitent les mauvais mouvements.
Enfin, si vous avez le dos fragile et que vous êtes sujet aux douleurs, évitez au maximum de forcer. Vous pouvez aussi porter des ceintures de maintien le temps des déplacements mais avec modération car, sur le long terme, elles empêchent les muscles de travailler.
Faux
Il vous est peut être déjà arrivé d’entendre vos vertèbres craquer lorsque vous faites certains mouvements. Mais est-ce bon ou mauvais pour votre dos ? Ce n’est pas mauvais… si ce n’est pas régulier. Lors de séances de kiné ou chez un ostéopathe, des massages peuvent vous faire « craquer » le dos. Le but de cette manœuvre est de relâcher les muscles tendus responsables des douleurs lombaires. Grâce à cette manipulation les muscles se détendent et entraînent un soulagement des pressions, diminuant ainsi la douleur.
Cependant, il est déconseillé de tenter de se « craquer » le dos tout seul. D’une part parce que ce sont des gestes que seuls les professionnels peuvent correctement effectuer, d’autre part parce que seul vous risquez d’aggraver les choses. En plus, lorsque ces gestes sont mal faits, les ligaments sont trop étirés et peuvent, à terme, engendrer de nouvelles douleurs.
Ce qu’il faut faire
Si une douleur lombaire persiste, consultez votre médecin qui pourra vous prescrire quelques séances de kiné si nécessaire. Ne demandez pas à un membre de votre famille de vous aider à détendre vos muscles s’il n’a pas de formation médicale : il risque de mal s’y prendre et d’aggraver le problème. Si vous n’avez pas la possibilité d’avoir un rendez-vous rapidement, préférez aux manipulations hasardeuses une bouillotte posée sur la partie douloureuse ou un bain chaud : les muscles vont se détendre partiellement et la douleur diminuera. Consultez ensuite dès
Faux
Les douleurs du dos sont majoritairement musculaires. Si elles sont osseuses, il convient de parler avec votre médecin pour évaluer l’intérêt et la possibilité d’une pratique sportive. Mais si les douleurs sont musculaires, l’activité physique est souvent autorisée après 48 h si les douleurs ont diminué. Et pour cause : le sport va permettre un échauffement des muscles, ce qui va les détendre et participer à diminuer les douleurs. Une pratique régulière d’un sport soigneusement choisi avec votre médecin est donc recommandée.
Parmi les sports recommandés, il y a bien sûr la natation : elle n’implique pas de traumatismes articulaires comme le jogging ou des sports avec course. Car la colonne vertébrale est une succession d’articulations (les vertèbres) et chaque saut ou pas de course est un choc qui peut amplifier une douleur déjà présente. L’avantage de l’eau est donc cette absence d’à-coups réguliers, qui permet de se détendre et de se muscler sans effets secondaires. La brasse est déconseillée car elle aggrave parfois les douleurs (c’est une nage qui fait beaucoup travailler les muscles du dos) mais à vous de voir en fonction de vos ressentis ce qui vous sied le mieux.
Ce qu’il faut faire
Le sport peut être utile pour assouplir les muscles douloureux (et tendus) mais aussi pour augmenter la force musculaire qui fait parfois défaut et peut entraîner diverses douleurs. Le vélo elliptique (appareil de fitness) est aussi intéressant car il permet de muscler à la fois les membres inférieurs et supérieurs ainsi que de faire travailler les muscles du ventre et du dos.
La pratique sportive permet de maintenir une force musculaire. Il ne faut donc pas forcer si vous souffrez du dos, notamment si vous n’êtes pas sportif à la base. Demander à votre médecin les rythmes à suivre (une heure par semaine le premier mois, puis deux heures, etc.). L’important étant d’avoir une pratique régulière afin de renforcer la sangle abdominale et les muscles dorsaux.
Faux… mais facteur aggravant
Non, le stress ne peut pas être la cause de votre mal de dos. Et heureusement. Imaginez un sportif qui, par le stress du début d’une compétition, se retrouve bloqué avant de commencer… Les causes du mal de dos sont toujours physiques : une élongation musculaire, une contracture, un traumatisme.
Néanmoins il est indiscutable que l’ajout de stress sur une douleur l’amplifie. Le stress est donc un facteur aggravant. S’il est mal géré ou excessif, le stress peut d’une part augmenter la sensation douloureuse, mais d’autre part il peut aussi la prolonger. La concentration intense, la dépression et la peur sont aussi des facteurs aggravant des douleurs dorsales.
Ce qu’il faut faire
Il est indispensable de penser à gérer son stress pour éviter d’une part d’augmenter la douleur mais aussi de l’aggraver et de la prolonger. Si vous devez déménager dans le stress, vous risquez alors de vouloir faire les choses trop vite et mal. Résultat : plutôt que d’utiliser un diable pour déplacer la gazinière, vous vous êtes blessé et souffrez.
Pensez donc parfois à prendre votre temps pour éviter de vous « casser le
Faux, si les douleurs sont musculaires
Faut-il appliquer du chaud ou du froid sur un dos douloureux ? Tout dépend de la cause de la douleur. Le froid est généralement conseillé lorsqu’il y a un traumatisme osseux afin d’éviter la formation d’un œdème et d’anesthésier la douleur par le froid. Si elle est le résultat d’une chute et que ce sont vos os qui semblent touchés (signe de gonflement, douleur au toucher), vous pouvez y appliquer une poche de glace pour vous soulager après avoir eu l’avis de votre médecin.
Mais si vos douleurs sont plutôt la conséquence d’un effort important (déménagement, sport, etc.), dans ces cas-là ce sont des contractures musculaires qui sont la source de votre douleur. La solution est donc de détendre ces muscles, par exemple en appliquant une bouillotte sur votre dos.
Ce qu’il faut faire
Les douleurs musculaires peuvent s’aggraver si on reste tendu. La solution est donc de réchauffer les muscles pour les détendre et soulager rapidement mais aussi éviter d’aggraver le problème.
Un bain chaud, une douche ou simplement une bouillotte vous donneront un résultat rapide et efficace. N’hésitez pas à en parler à votre médecin si les douleurs persistent ou reviennent, il pourra notamment vous prescrire un décontractant musculaire.
Faux
Si vous avez mal au dos, rien ne vous oblige à dormir sur le dos. En effet, rien ne dit que vous irez mieux le lendemain ! Il faut prendre en considération deux choses : la cause de votre douleur (courbature, muscles tendus, lumbago, etc.) et votre position habituelle de sommeil.
Si généralement vous dormez sur le ventre, c’est sans doute parce que cette position vous détend et favorise l’endormissement. Si cette position n’accentue pas vos douleurs, il n’y a pas de raison d’en changer. Il faut prendre en compte le fait que le sommeil est difficile à trouver en cas de douleur alors rien ne sert de compliquer l’endormissement en changeant les habitudes.
Ce qu’il faut faire
Trouver une position qui n’aggrave pas les douleurs. Si vous vous endormez généralement en « chien de fusil », pensez tout de même à maintenir votre nuque droite, quitte à ajouter un coussin pour que votre colonne ne soit pas déviée lors du relâchement musculaire du au sommeil. Il existe d’ailleurs des oreillers spécialement étudiés pour les personnes qui dorment sur le côté.
En plus, les douleurs musculaires sont généralement soulagées par la chaleur, pensez donc à bien vous couvrir le dos et évitez les courants d’air. Si besoin, vous pouvez apposer une bouillotte contre votre dos avant de vous endormir.
Faux… ou 48 h maximum
Longtemps, la consigne en cas de lombalgies a été l’alitement total pendant une semaine en minimisant tous les mouvements. Les temps ont changé et heureusement : l’arrêt total durant sept jours (en moyenne) favorisait la perte musculaire (notamment au niveau dorsal) et amplifiait donc parfois les douleurs lors de la reprise à la verticale.
Désormais, le temps maximal d’alitement préconisé en cas de mal de dos est de deux jours, seulement si la position debout est insupportable. Les médecins recommandent l’arrêt des activités physiques pendant au moins 48 h mais une reprise dès que les douleurs les plus intenses ont disparu. Les douleurs du dos sont en partie dues à l’insuffisante musculature du dos, il est donc néfaste de favoriser l’alitement en cas de problème.
Ce qu’il faut faire
Eviter l’alitement si les douleurs le permettent pour limiter la fonte musculaire due à l’arrêt des mouvements. De même, psychologiquement, rester allongé implique parfois une exclusion sociale et familiale non négligeable, cela doit donc être limité à un temps le plus court possible afin d’éviter toute forme de dépendance.
Consultez au plus vite votre médecin si les douleurs vous empêchent de rester debout, il pourra vous prescrire des myorelaxants ainsi que des antalgiques si besoin mais surtout vous donner des consignes de rétablissement.
Faux, si c’est bien fait
La musculation a mauvaise réputation, elle est souvent accusée de faire des dégâts sur le dos. C’est vrai lorsque sa pratique n’est pas accompagnée. Soulever plusieurs dizaines de kilos régulièrement n’est pas à la portée de tout le monde. Mais pourtant la musculation peut aussi faire beaucoup de bien au dos et même à ceux qui en souffrent.
Supervisée par un professionnel, elle permet un renforcement de tous les muscles du corps mais aussi des tendons, ligaments et articulations, notamment du dos. Elle est même parfois recommandée comme rééducation pour éviter les récidives de lumbago grâce à des étirements et des séances de renforcement musculaire.
Ce qu’il faut faire
Demander conseil à un professionnel. Qu’il s’agisse d’un kiné, d’un médecin ou d’un entraîneur sérieux, il est important d’en parler avec quelqu’un qui saura vous conseiller les bons gestes et les exercices recommandés à votre corps en fonction de votre musculature initiale.
Hors de question d’espérer soulever 50 kg au bout de 3 séances ! Le choix des appareils de musculation doit être fait soigneusement en fonction des muscles à travailler et surtout utilisés sans excès. Le but est de se muscler, pas de se blesser.
Faux
On entend souvent cette phrase qui pourtant est irréalisable. Notre colonne vertébrale contient 24 vertèbres. Elles sont toutes reliées les unes aux autres par un laçage solidement serré de ligaments et de muscles. Impossible donc de les déboîter ! Lorsqu’on a cette impression que le dos est bloqué ou qu’il y a eu un déplacement, il s’agit en fait de la perte de mobilité d’une des articulations coincée entre les muscles et les ligaments. Si, en plus, les muscles ont été contracturés, la douleur est présente à chaque mouvement.
Le déplacement de vertèbre peut arriver uniquement lors d’un important traumatisme (accident de la route, chute ou choc violent, etc.) mais il s’agit alors d’une urgence chirurgicale car il ne faut pas oublier que la vertèbre contient de nombreux nerfs ainsi que la moelle épinière, il faut donc consulter rapidement pour éviter des lésions nerveuses.
Ce qu’il faut faire
Consulter un médecin ou un kiné. En cas de blocage du dos, il ne faut pas le laisser perdurer. Dans le cas où la douleur n’est pas la conséquence d’un important traumatisme et si au bout de 24 h vous ne sentez aucune amélioration, consultez un médecin ou kiné qui pourra évaluer la cause de la douleur et tenter de vous soulager. Evitez de faire vous-même ou de demander à un proche de vous masser le dos s’il n’a pas de formation : vous risquez d’aggraver la douleur plutôt que de la diminuer.
**********************************************************************************************
Ce qu’il faut retenir
——————
Le stress est un facteur aggravant du mal de dos qu’il ne faut pas négliger en cas de douleurs chroniques.
Contrairement aux anciennes pratiques, les médecins déconseillent dorénavant de rester alité en cas de mal de dos au maximum 48 h afin d’éviter la fonte musculaire.
Le choix du matelas en cas de mal de dos ne doit pas s’orienter systématiquement vers un matelas dur. Prenez en compte la position dans laquelle vous dormez et essayez-le pendant 5 minutes afin de voir comment votre corps s’y enfonce.
Consultez votre médecin si les douleurs durent plus de 48 h.
Les bonnes questions à se poser :
Votre mal de dos dure-t-il depuis plus de 48 h ?
Avez-vous déjà été absent à votre travail à cause d’un mal de dos ?
Prenez-vous régulièrement des anti-douleurs contre le mal de dos ?
Votre mal de dos est-il apparu subitement ou suite à un mouvement précis ?
Si vous avez répondu oui à une de ces questions, parlez-en à votre médecin : des solutions existent pour vous soulager.

20 août 2011

Remchi, ( الرمشي en arabe) est est une des principales daïra de la wilaya de Tlemcen. Aussi appelée (Montagnac, durant la colonisation francaise).

20 août 2011

remchi10.jpg27468444741.jpg

20 août 2011

Remchi, ( الرمشي en arabe) est est une des principales daïra de la wilaya de Tlemcen. Aussi appelée (Montagnac, durant la colonisation francaise).

Montagnac » dit Remchi. »

20 août 2011

Remchi, ( الرمشي en arabe) est est une des principales daïra de la wilaya de Tlemcen. Aussi appelée (Montagnac, durant la colonisation francaise).

Bonjour tout le monde !

20 août 2011

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.